Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Una stella quallà
  • Una stella quallà
  • : Collection d'instants
  • Contact

Profil

  • Céline
/ / /
Tel le Petit Poucet qui, pour retrouver son chemin, le parsema de cailloux, déposer un mot, une image, au détour d’un sentiment, d’une pensée pour mieux les faire exister… Ces collections d'instants qui sont un bout de vie.  

-----
dimanche 3 février 2008

Souffle des feuilles dans l'air du temps
Joyeuse course cristalline
Doux bruit du gai ruisseau
Et, l'espace d'un instant
Vous revoir sourire 

--------
mardi 5 février 2008

L'écho des mouettes - Existeras-tu?

Eclat de tes yeux souriants
Comme des bulles de savon
Flottant dans le soleil
Instant aérien
Bonheur fragile
Qui éclate dans les rayons
En un rire joyeux de mouettes
Existeras-tu?

------------
mercredi 13 février 2008

Totems

Fragile silence de ces lourdes vagues
Silence palpable, silence de sable
Traces de ciel dans le soir
Parfums chargés,
Effluves mêlées de trop de silence mouillé
Jusqu'aux lèvres salées
Silence

----------------------------

dimanche 16 mars 2008

Pè l'anzani e tutta a mo ghjente 

Le lien,
 
Vieux quartier qui m’a recueilli
Quand, pour un bout de pain,
Le cœur en chagrin,
Si triste, j’ai quitté mon pays
J’ai changé de destin.
 
Au bar des Balanins,
Quelqu’un m’a tendu la main.
Sur ce doux visage, un sourire s’est écrié
« Bienvenue chez toi, au Panier ! »
 
Dans ces murs antiques, tant de solidarité,
J’ai retrouvé le pas de l’amour exilé,
Les pierres, mémoire de mon village,
Des expatriés, sont le point d’ancrage.
 
De la rue Baussenque à l’Evêché,
Résonnent les sirènes quittant le port,
Longs navires qui, le temps d’un été,
Déposent sur leur terre tant d’exilés.
 
La place de Lenche, gardienne d’un nom
Illustre famille, créant un pont
De mon pays, difficile abandon
A cette rive, nouvelle maison.
 
Protégé par ces murs chargés d’histoire,
Le temps d’un instant, je pourrais croire,
Sentir le parfum, entendre l’accent,
Retrouver le goût, jusqu’à l’enivrement,
 
D’un retour chez moi que j’attends.
 
Céline

-----------------------------------------------

mercredi 22 octobre 2008

 

Au détour d’un vieux cahier

Dans la poussière d’un amphi oublié

Revoir son sourire

Entendre son accent,

Se dire qu’un jour

Peut-être à nouveau

Se croiseront nos chemins.

 

Partager cette page

Repost 0