Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Una stella quallà
  • Una stella quallà
  • : Collection d'instants
  • Contact

Profil

  • Céline
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 00:04
How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
How many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand?
Yes, and how many times must the cannon balls fly
Before they're forever banned?
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind
Yes, and how many years can a mountain exist
Before it's washed to the sea?
Yes, and how many years can some people exist
Before they're allowed to be free?
Yes, and how many times can a man turn his head
And pretend that he just doesn't see?
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind
Yes, and
Yes, and how many times must a man look up
Before he can see the sky?
Yes, and how many ears must one man have
Before he can hear people cry?
Yes, and how many deaths will it take 'till he knows
That too many people have died?
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind
 
Bob Dylan
 
https://www.youtube.com/watch?v=zTUG9CehwhY
 
Repost 0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 10:27

Comme une pierre que l´on jette

ronds-eau.jpg

Dans l´eau vive d´un ruisseau

Et qui laisse derrière elle
Des milliers de ronds dans l´eau
Comme un manège de lune

Avec ses chevaux d´étoiles

Comme un anneau de Saturne
Un ballon de carnaval
Comme le chemin de ronde
Que font sans cesse les heures
Le voyage autour du monde
D´un tournesol dans sa fleur
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

 

Michel Legrand (1969)

 

 

Repost 0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 12:45

Pour ne pas vivre seul
On vit avec un chien

On vit avec des roses
Ou avec une croix
Pour ne pas vivre seul
On s´fait du cinéma

On aime un souvenir
Une ombre, n´importe quoi
Pour ne pas vivre seul
On vit pour le printemps

Et quand le printemps meurt
Pour le prochain printemps
Pour ne pas vivre seul
Je t´aime et je t´attends pour avoir l´illusion
De ne pas vivre seul, de ne pas vivre seul

Pour ne pas vivre seul des filles aiment des filles
Et l´on voit des garçons épouser des garçons
Pour ne pas vivre seul
D´autres font des enfants

Des enfants qui sont seuls
Comme tous les enfants
Pour ne pas vivre seul
On fait des cathédrales où tous ceux qui sont seuls
S´accrochent à une étoile
Pour ne pas vivre seul
Je t´aime et je t´attends pour avoir l´illusion
De ne pas vivre seul

Pour ne pas vivre seul on se fait des amis
Et on les réunit quand viennent les soirs d´ennui
On vit pour son argent, ses rêves, ses palaces
Mais on n'a jamais fait un cercueil à deux places
Pour ne pas vivre seul
Moi je vis avec toi je suis seule avec toi tu es seul avec moi
Pour ne pas vivre seul
On vit comme ceux qui veulent se donner l´illusion
De ne pas vivre seul.

 

Chanson nterprétée par Dalida (1973)

Repost 0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 22:24

Avec des faux pas, des faux plis
Chacun de nous, porte sa vie
À sa manière
Quand on est beau au fond de soi
Un jour ou l'autre quelqu'un nous voit
À sa manière
Même sous la pluie des mauvais jours
J'ai suivi la ligne d'amour
À ma manière
Pour tous les chagrins que je traîne
J'ai mis mon cœur en quarantaine
À ma manière

Ma vie, ma vie je n'en ai qu'une, mais je la veux
Libre et sans loi, j'en ai le droit, elle est à moi
Ma vie, ma vie, elle me raconte des histoires
Mais elle vaut mieux qu'une chanson
Mieux que la gloire

Ma vie n'est pas vraiment ma vie
Elle est à ceux qui m'ont choisi
À leur manière
En laissant mon nom dans les rues
J'ai mis mon bonheur par dessus
À ma manière
Et le soir où je m'en irai, finalement, je le ferai
À ma manière
J'aimerais au tout dernier appel
Faire mes adieux au Soleil
À ma manière

Ma vie, ma vie je n'en ai qu'une mais je la veux
Libre et sans loi, j'en ai le droit, elle est à moi
Ma vie, ma vie, elle me raconte des histoires
Mais je m'en fous, même à genoux, je veux y croire
À ma manière

 

Interprétée par Dalida

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 23:44

...

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.

 

Martin Luther King

 

 

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 19:49

Ce que nous sentons quand nous avons faim [...] c'est que la Genèse n'est point achevée, qu'il nous faut prendre conscience de nous-mêmes et de l'univers. Il nous faut dans la nuit lancer des passerelles. Camarades, mes camarades, je vous prends à témoin: quand nous sommes-nous sentis heureux?

 

Antoine de Saint Exupéry Terre des Hommes

blog

 

Alors, quand notre monde aurait sombré, il apparaitrait que nous n'avions vécu, grandi et progressé que pour atteindre cet objectif étrangement limité: pouvoir dire nos splendeurs mortes et nos espérances déçues à une conscience inconnue, improbable et silencieuse. [...]

Inscrits dans le cuivre et l'or pour un milliard d'années, les soupirs des vagues, la plainte du vent, le battement d'un coeur, le cri d'un enfant - premiers sons que les hommes aient connus, ultimes notes que leur planète émettrait - s'éloignaient à travers l'espace, élevant au confluent des sphères la dernière des cathédrales, le plus fou des gloria.

 

Françoise Chandernagore, Leçon de ténèbres, T.3 L'enfant aux loups

 

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:55

Une légende locale de l'Amérique du Sud parle d'un vieil indien appelé le Père des récits, vieillard dont les années se perdent dans la nuit des mémoires, aveugle et analphabète, qui raconte sans interruption des histoires... Le vieil indien serait, selon certains, la source universelle de la matière narrative, le magma primordial d'où partent les manifestations individuelles de chacun de ceux qu'on nomme les écrivains.

 

Italo Calvino Si par un jour d'hiver un voyageur

 

Repost 0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 00:43

 minuit-chretien 15rdc caush

 

Le Rédempteur a brisé toute entrave,
La terre est libre et le ciel est ouvert
Il voit un frère où n'était qu'un esclave
L'amour unit ceux qu'enchaînait le fer,
Qui lui dira notre reconnaissance ?
C'est pour nous tous qu'il naît, qu'il souffre et meurt :
Peuple, debout ! chante ta délivrance,
Noël ! Noël ! Chantons le Rédempteur !
Noël ! Noël ! Chantons le Rédempteur !

 

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 23:39
C'est la valse du danseur de lune
Qui s'est pris les pieds dans la brume,
N'a pas vu l'aurore arriver
Et personne n'a remarqué

Il s'est accroché au jupon du ciel,
En a déchiré la dentelle,
Il est tombé sur un drap de dune
Emportant dans sa chute le rideau de brume

Y a plus de danseur de lune,
Il est mort dans un linceul de brume,
Le ciel est presque nu
Et personne n'a rien vu

Toutes les étoiles avaient prédit
Que cet amoureux transi
Un certain petit jour
En tomberait d'amour

Mais lui jouait les funambules
Avec les rayons de sa lune
Il savait qu'un jour le soleil
Viendrait le tuer en duel

Y a plus de danseur de lune
Il est mort dans un linceul de brume,
Le ciel est presque nu
Et personne n'a rien vu

D'après vous, c'est un fait divers
Qui ne mérite pas de prière
Vous vous trompez
Vous vous trompez.
Adieu p'tit danseur de lune
Qu'est mort d'être maladroit
Qu'a laissé venir la brume,
Cette valse-là est pour toi.
Composée par Amélie Les Crayons (2006)

 

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 23:04

ble-coquelicots.jpg Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
Mais pour aimer les coqu'licots
Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :
Quand j't'aurai dit, tu comprendras !
La premièr' fois que je l'ai vue,
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu d'un champ de blé.
Et sous le corsag' blanc,
Là où battait son cœur,
Le soleil, gentiment,
Faisait vivre une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

C'est très curieux comm' tes yeux brillent
En te rapp'lant la jolie fille !
Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop
Pour expliquer... les coqu'licots !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà
Quand je l'ai prise dans mes bras,
Elle m'a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire,
Dans la lumière de l'été
On s'est aimé ! ... on s'est aimé !
Et j'ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cœur,
Qu'à la plac' du baiser
Y avait comm' une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure
Ta p'tit' histoire, et je te jure
Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot
Ni cett' passion... des coqu'licots !
Attends la fin ! tu comprendras :
Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !
Et le lend'main, quand j'lai revue,
Elle dormait, à moitié nue,
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu du champ de blé.
Mais, sur le corsag' blanc,
Juste à la plac' du cœur,
Y avait trois goutt's de sang
Qui faisaient comm' un' fleur :
Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !
Un tout p'tit coqu'licot.

 

Interprétée par Mouloudji, paroles Raymond Asso, musique Claude Valéry 1951

Repost 0