Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Una stella quallà
  • Una stella quallà
  • : Collection d'instants
  • Contact

Profil

  • Céline
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 22:59

... était un grain de sable. Le sable faisait partie du continent, le continent était un composant du monde, le monde une substance infinitésimale dans la mer de l’infini. Ils étaient une partie de ce monde, une partie de chaque monde. Ils pouvaient encore penser car la pensée ne respecte pas les étroites limitations du temps et de l’espace. Ils étaient encore eux-mêmes et en même temps cette nouvelle chose qu’ils étaient devenus. Leurs pensées se répandaient infiniment, comme le faisait leur substance infiniment étendue, et ils avaient une éternité pour contempler cet univers nouveau qui était maintenant le leur.

 

Alan Dean Foster Le trou noir

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kiki 30/11/2009 00:34


Un scopp di u nostru campà: Sur la plage, Gribert a décidé de les compter.... ces petits grains de sable.. C'est du délire!!!!


kiki 30/11/2009 00:32


Ah! Ernest pose toujours des questions philosophiques au moment de s'endormir ce qui finit par avoir raison du sommeil de Bart! ça te rappelle rien? Je viens de lire cette page...


charles daney 29/11/2009 10:35


Il faut beaucoup de grains de sable pour faire un monde, beaucoup de bonnes volontés pour faire avancer les idées.