Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Una stella quallà
  • Una stella quallà
  • : Collection d'instants
  • Contact

Profil

  • Céline
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 22:54

I paesi in ruina forzanu u rispettu: quandu omu si camina tra e vecchje strette di petra frustate da tanti passi, induve l'arba muvrella ùn pare più che l'ultimu cementu, omu si cala a voce sin'à un sùssuru, cumu si avessi paura di discittà i spiriti di issu locu; hè una stonda quasi religiosa. Si sente cum'è una prisenza: ghjiè l'ànima di u paese chi si stende cumu u soffiu di u ventu; si pare di respirà un'altra aria, fora di u tempu. Isse muraglie so insurpate di antiche memorie. E case anu una fortezza, s'imponenu più che un christianu, so a memoria di u locu. E quandu si pesa u ventu tra e rame di e fiche, inradicate in e petre di i muri, si pare chi e case cumincianu à cuntà a so storia.

 

 Céline

 

Les villages en ruine forcent le respect: quand l'on se promène à travers les vieilles rues de pierre usées par tant de pas, où l'herbe folle ne paraît plus que l'ultime ciment, on baisse la voix jusqu'au murmure, comme si l'on avait peur de réveiller les esprits de ce lieu; c'est un instant quasi religieux. On sent comme une présence: c'est l'âme du village qui s'étend comme le souffle du vent; on a l'impression de respirer un autre air, en dehors du temps. Ces murailles sont imprégnées de mémoire antique. Les maisons possèdent une force d'âme, leur présence est plus imposante que celle d'un homme. Et quand le vent se lève à travers les branches des figuiers enracinés dans les pierres de ces murs, on dirait que les maisons commencent à raconter leur histoire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gabrielle 21/03/2011 20:37



Ton texte est très beau, les photos de ton blog superbes.